Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le Hamas s’arme avec des dizaines de nouvelles roquettes sophistiquées Pour ces raisons, la coalition saoudienne veut contrôler le Yémen Barrage pilonné par la coalition US en Syrie: Moscou met en garde L’«Israel Air Force» en exercice conjoint avec les Emirats Arabes Unis Ahmed Kathrada, discret héros de la lutte contre l’apartheid, est mort Des milliers d’extrémistes chinois partent combattre en Syrie Le Mossad aurait profité d’une mission en France pour recruter des agents doubles Australie: le Queensland balayé par le cyclone Debbie Le meurtre d’un Noir à New York requalifié en acte terroriste La Corée du Nord a testé un nouveau moteur de fusée Le nombre d’enfants tués au Yémen est sans précédent Le Pen devance légèrement Macron, Fillon toujours distancé Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Emmanuel Macron, qui était jusqu'à présent resté discret sur les thèmes liés à la sécurité, a levé vendredi une partie du voile sur ses propositions en la matière en insistant notamment sur sa volonté de mettre en œuvre une «tolérance zéro».

France/Présidentielle 2017: Macron investit le terrain de la sécurité.

«Ma politique est celle de la tolérance zéro à l'égard de la délinquance comme de tout excès en termes de violence policière», déclare le candidat d'En Marche! à la présidentielle d'avril-mai dans un entretien au Figaro.

L'ex-ministre de l'Economie rejette cependant la proposition de François Fillon, son concurrent sur sa droite, de fixer la majorité pénale à 16 ans, qu'il qualifie de «manœuvre de diversion», «inefficace et inutile».

L'interpellation violente d'un jeune homme à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), début février, et les incidents qui ont suivi, principalement en région parisienne, ont replacé la sécurité et le rapport à la police au cœur de la campagne.

M. Macron doit visiter ce vendredi un commissariat de police à Carpentras (Vaucluse) avant de rencontrer des pompiers samedi à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) et de tenir meeting à Toulon (Var).

C'est dans ce contexte qu'Emmanuel Macron a choisi de s'exprimer sur la question, lui qui avait pour l'instant proposé de rétablir une police de proximité, sur le modèle de celle créée sous Lionel Jospin puis supprimée par Nicolas Sarkozy, et de recruter 10.000 policiers et gendarmes.

«Il faut aussi donner les moyens aux policiers d'agir. Par exemple grâce à un nouveau pouvoir d'injonction. Je souhaite que, sous le contrôle du juge, les policiers puissent sans délai interdire à une personne de fréquenter la zone où elle commet ses méfaits», dit-il au Figaro.

«C'est une révolution quotidienne, la fin de la crainte de traverser par exemple un hall d'immeuble tenu par une poignée de voyous», justifie Emmanuel Macron.

Il entend également «libérer du temps d'emploi utile en dégageant les forces de l'ordre de tâches indues», lancer «un plan de numérisation des procédures», ou construire 15.000 places de prison supplémentaires sur le quinquennat.

«Je souhaite supprimer le principe de l'automaticité d'aménagement des peines inférieures à deux ans» car «une peine prononcée doit être exécutée», ajoute-t-il, reprenant mot pour mot une phrase déjà employée par des responsables de droite, comme Nicolas Sarkozy ou Laurent Wauquiez.

Il se dit par ailleurs hostile à la dépénalisation du cannabis.

«Et je souhaite voir rouvrir deux écoles (destinées à la formation des forces de l'ordre) qui ont été fermées sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy», déclare encore Emmanuel Macron, qui poursuit là sa stratégie du «et droite et gauche».

Les sondages réalisés ces dernières semaines placent l'ex-protégé de François Hollande en deuxième position du premier tour de la présidentielle, derrière Marine Le Pen, et en tête d'un duel au second tour contre la présidente du Front national.

Source: agences et rédaction

17-02-2017 | 12:33
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut