Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Annulation des contacts américano-nord-coréens suite à un refus de visa Iran et Russie: une «feuille de route» sur la production conjointe de combustible nucléaire Irak: 1ère visite du chef de la diplomatie saoudienne depuis plusieurs années L’ouverture d’une information judiciaire dans l’affaire Fillon Alliance israélo-saoudienne contre l’Iran et … La Palestine ! Egypte: des Coptes fuient le Sinaï après une série d’attaques Des médias américains privés d’accès au briefing de la Maison Blanche Des F-35 américains seront déployés en Europe cette année L’Iran respecte ses engagements dans le dossier nucléaire, selon l’AIEA Le nombre de déplacés en augmentation à Mossoul La condamnation du soldat israélien est «trop clémente» et «inacceptable» pour l’ONU Syrie: deux attentats suicide contre des sièges de la Sécurité à Homs Le Mexique prévient les Etats-Unis qu’il refoulera les migrants expulsés non mexicains Moscou mettra son veto aux sanctions contre la Syrie Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les Etats-Unis pourraient envoyer, pour la première fois, des troupes au sol en Syrie pour combattre le groupe terroriste «Daech», selon un rapport de CNN citant des fonctionnaires de la Défense américaine anonymes.

Les Etats-Unis pourraient envoyer, pour la première fois, des troupes au sol en Syrie pour combattre le groupe terroriste «Daech», selon un rapport de CNN citant des fonctionnaires de la Défense américaine anonymes. «Il est possible qu'on voie prochainement des troupes conventionnelles être déployées au sol en Syrie pendant un certain temps», a indiqué un responsable du Pentagone anonymement à CNN jeudi 16 février. S'il s'agit à priori d'une déclaration forte, elle n'a néanmoins pas été suivie par d'autres précisions. De plus, CNN explique que de nombreux fonctionnaires de la Défense américaine s'exprimant également de façon anonyme auraient affirmé qu'il s'agit uniquement d'un «concept» et non d'une proposition formelle.  D’après CNN, le déploiement de troupes en Syrie serait un signe d’engagement de la part de la nouvelle administration et de James Mattis, nouveau ministre de la Défense qui a fait de la lutte contre «Daech» une priorité. Mattis avait en effet fait savoir à la presse qu’il comptait changer de stratégie par rapport à la précédente administration. Les premières instructions en tant que président de Donald Trump à son secrétaire d'Etat à la Défense ont été d'exiger dans les plus brefs délais la formulation d'une stratégie de lutte contre «Daech», un plan concret devant être dévoilé à la fin du mois de février. Pour le moment, les américains opèrent dans ce pays, mais seulement à travers des Forces d’Opérations Spéciales qui entraînent des groupes armés dits «modérés» qui combattent «Daech» sur le terrain. Des opérations remises en question au moment où certains de ces groupes rejoignent «Al-Qaïda». Le déploiement de troupes américaines sur le sol syrien pourrait ne pas gêner le président syrien, Bachar al-Assad. Lors de son dernière interview avec Yahoo News, il avait déclaré : «si les Américains sont sérieux, bien sûr qu’ils sont les bienvenus comme n’importe quel pays qui veut combattre le terrorisme. Bien sûr, sans aucune hésitation, nous pouvons dire cela». Dans son interview, Assad avait salué la présence des troupes russes sur son sol, martelant que les Russes étaient sérieux sur la question de la lutte contre le terrorisme. «Nous avons invité les Russes, parce que les Russes étaient sérieux sur cette question», a-t-il dit. CNN rapporte également que Donald Trump pourrait fortement augmenter la présence militaire américaine en Irak. La limite, qui pourrait être supprimée, est actuellement fixée à 5 262 soldats, sans compter les affectations temporaires. Actuellement, 5 155 soldats américains sont présents sur le sol irakien. Source : agences et rédaction

«Il est possible qu'on voie prochainement des troupes conventionnelles être déployées au sol en Syrie pendant un certain temps», a indiqué un responsable du Pentagone anonymement à CNN jeudi 16 février. S'il s'agit à priori d'une déclaration forte, elle n'a néanmoins pas été suivie par d'autres précisions. De plus, CNN explique que de nombreux fonctionnaires de la Défense américaine s'exprimant également de façon anonyme auraient affirmé qu'il s'agit uniquement d'un «concept» et non d'une proposition formelle.

D’après CNN, le déploiement de troupes en Syrie serait un signe d’engagement de la part de la nouvelle administration et de James Mattis, nouveau ministre de la Défense qui a fait de la lutte contre «Daech» une priorité. Mattis avait en effet fait savoir à la presse qu’il comptait changer de stratégie par rapport à la précédente administration.

Les premières instructions en tant que président de Donald Trump à son secrétaire d'Etat à la Défense ont été d'exiger dans les plus brefs délais la formulation d'une stratégie de lutte contre «Daech», un plan concret devant être dévoilé à la fin du mois de février.

Pour le moment, les américains opèrent dans ce pays, mais seulement à travers des Forces d’Opérations Spéciales qui entraînent des groupes armés dits «modérés» qui combattent «Daech» sur le terrain. Des opérations remises en question au moment où certains de ces groupes rejoignent «Al-Qaïda».

Le déploiement de troupes américaines sur le sol syrien pourrait ne pas gêner le président syrien, Bachar al-Assad. Lors de son dernière interview avec Yahoo News, il avait déclaré : «si les Américains sont sérieux, bien sûr qu’ils sont les bienvenus comme n’importe quel pays qui veut combattre le terrorisme. Bien sûr, sans aucune hésitation, nous pouvons dire cela».

Dans son interview, Assad avait salué la présence des troupes russes sur son sol, martelant que les Russes étaient sérieux sur la question de la lutte contre le terrorisme. «Nous avons invité les Russes, parce que les Russes étaient sérieux sur cette question», a-t-il dit.

CNN rapporte également que Donald Trump pourrait fortement augmenter la présence militaire américaine en Irak. La limite, qui pourrait être supprimée, est actuellement fixée à 5 262 soldats, sans compter les affectations temporaires. Actuellement, 5 155 soldats américains sont présents sur le sol irakien.

Source : agences et rédaction

17-02-2017 | 10:09

Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut