Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Algérie: 4 terroristes abattus dans une opération militaire France : la sortie de l’euro pourrait prendre un an et demi, dit Le Pen Le règlement du règne saoudien attend le signal américain Le Mistral au Japon avant des manœuvres dans le Pacifique Officier sioniste: le Hezbollah est la plus grande menace Le premier train direct de Londres est arrivé en Chine Le Venezuela a lancé sa procédure de retrait de l’OEA Le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe censuré après un voyage en Syrie Afghanistan: les Marines américains de retour dans le Helmand Un soldat allemand qui prétendait être un réfugié syrien, suspecté d’un projet d’attentat La Corée du Nord procède à un nouveau tir de missile balistique Éthiopie: 7,7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire Comment l’Arabie saoudite exporte-t-elle le wahhabisme à l’étranger ? Moscou promet une réponse musclée à une éventuelle frappe US Trump estime que l’Arabie saoudite ne paie pas assez pour sa défense Une journée avec les combattants du Hezbollah à la frontière libano-palestinienne L’armée syrienne reprend le plus grand gisement de gaz du pays L’explosion du Capitole dans une vidéo diffusée par Pyongyang Assad: les USA empêchent l’OIAC d’enquêter sur l’incident à Khan Cheikhoun Afghanistan: les talibans lancent leur offensive de printemps Salman enflamme les conflits du Trône: bientôt un coup d’Etat ! L’opposant bahreïni Abdel Hadi al-Khawaja a entamé une grève de la faim en prison Arabie: appels sur Twitter pour des manifestations de chômeurs Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Rapports >> Rapports

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Par Salam Khalil

Un leader qui ne se reposait pas, un dignitaire religieux adoré par son entourage, un jeune homme qui pensait à la Palestine et portait sa cause alors qu’il avait juste 15 ans, un mariage idéal avec une dame qui incarnait le sacrifice de la femme avec son mari, voici certaines idées de «comment et non pas combien a été» la vie du martyr, ex-secrétaire général du Hezbollah, sayed Abbas el-Moussaoui.

Sayed Abbas al-Moussaoui, soucieux de la Palestine dès l'âge de 15 ans

Notre site a rendu visite au mausolée de sayed Abbas el-Moussaoui. Sayed Hani el-Moussaoui, cousin de sayed Abbas et frère de son épouse, raconte à Alahednews des moments dont il se souvient de la vie du martyr.

Grâce à la relation familiale, sayed Hani el-Moussaoui connaissait le martyr dès la naissance. Il remarquait des caractéristiques dans sa personnalité: courageux, sérieux et travailleur. Ces qualités étaient à la base de son succès dans sa mission, selon son cousin.

Sayed Abbas al-Moussaoui, soucieux de la Palestine dès l'âge de 15 ans

A Najaf (en Irak), sayed Abbas el-moussaoui était un élève spécial chez le martyr sayed Mohammad Baqer al-Sadr. Avant 1979, il effectuait des visites aux différentes régions libanaises, entre autres à la Békaa et à son village «Al-Nabi Chith». Durant ses visites, il a créé des cellules pour informer les gens des principes de la religion. Il regroupait un certain nombre de personnes et leur donnait des cours intensifs afin qu’ils partent dans les différents villages, surtout lorsqu’il n’était pas présent dans la région, et forment les gens en leur inculquant ce qu’ils doivent connaitre de l’Islam. La Békaa souffrait d’un manque d'oulémas, les habitants avaient besoin de dignitaires religieux qui leur rendaient plus conscients de leur religion. Et sayed Abbas a fait de ceci une responsabilité personnelle.

Dans une courte durée, sayed Abbas est devenu aimé des gens, ils l’attendaient pour visiter leurs villages, et leurs mosquées. Lorsqu’il était en voyage ils demandaient de ses nouvelles.

Le martyr travaillait sans repos mais ne se sentait pas fatigué, sa voiture était comme une maison, parfois il dormait dedans.

La Palestine, le grand objectif

L’objectif le plus important était la Palestine. Depuis sa jeunesse il était conscient de cet objectif. Il déployait tous les efforts afin d'ancrer ce principe chez les gens.

En tant que secrétaire général du Hezbollah, il était menacé par l’ennemi sioniste, surtout qu’il était tout le temps en déplacement. Mais il faisait attention et s’intéressait à sa sécurité. Il était convaincu que le destin arrivera en tout cas. Il se déplaçait en toute confiance en Allah, le protecteur. Il a échappé maintes fois à des tentatives d’assassinat.

Sayed Hani el-Moussaoui souligne que les proches de sayed Abbas lui demandaient : «Vous avez vendu vous-même à Allah mais qu'en est-il de vos compagnons qui s'exposent au danger » ? «A chaque fois que nous disons ceci il répétait qu’il faisait son devoir et priait à Allah jour et nuit pour que personne ne souffrira à cause de lui».

Sayed Abbas al-Moussaoui, soucieux de la Palestine dès l'âge de 15 ans

Et de poursuivre : «En effet, si vous regardez la voiture de sayed Abbas, elle a été totalement calcinée, de même que son corps, et ceux de sa femme et de son enfant. Et pourtant le chauffeur et son compagnon étaient présents à la commémoration du quarantième jour de son martyre. Ils étaient à bord de la voiture qui a complètement brulé et ils sont restés vivants ! Ceci est étonnant, mais il montre aussi la vision qu’avait le martyr et sa confiance en Allah».

La seconde partie de l’interview a porté sur la sœur de l’interlocuteur, Siham el-Moussaoui, qui est devenue l’épouse de sayed Abbas, son compagnon de lutte et de martyre.

«Elle était la plus belle de ses frères et sœurs, par ses qualités et son apparence». Elle s’est mariée à l’âge de 15 ans et s’est déplacée à Al-Najaf avec son mari.

Elle avait une personnalité consciente, elle s'est rapidement adaptée à cette nouvelle vie  et a demandé à sayed Abbas de faire elle aussi une formation religieuse. Elle a assisté à des cours chez Bint al-Hoda, sœur du martyr sayed Mohamad Baqer al-sadr. Sayed Abbas l'a aussi aidée dans sa formation en lui donnant des cours. Elle a vécu une vie pleine de sacrifice et ne se plaignait jamais. Le travail d’un leader comme sayed Abbas est très fatigant pour lui et pour sa famille. La mère doit assumer la responsabilité de la maison et des enfants lorsque le père est absent. Et lorsqu’il est présent, il reçoit beaucoup de visiteurs. Malgré les grandes responsabilités et l’absence de sayed, elle remplit le vide qu’il laisse et ne se plaint pas. Elle disait toujours qu’elle participe au «jihad» avec lui et que ceci est sous les yeux d’Allah.

Om Yaser n’est pas avec moi !

Sayed Abbas était exposé à plusieurs tentatives d’attentat, il rassurait ceux qui étaient avec lui en disant : «Om Yaser n’est pas avec moi». Leur martyre était une martyre exceptionnelle. Il savait qu’ils iraient ensemble, poursuit sayed Hani.

Sayed Abbas al-Moussaoui, soucieux de la Palestine dès l'âge de 15 ans

Leur relation était idéale, jamais on n’a vu un mari et une épouse heureux comme eux. Ils représentaient un modèle pour tous les couples, affirme sayed Hani.

La période dans laquelle a vécu sayed Abbas était une période de fondation. Les circonstances étaient difficiles. Et malgré tout, sayed Abbas avait comme premier souci la cause palestinienne. En effet, le sang de sayed Abbas et de tous les martyrs porte ses fruits dans la nation et ouvre la voie aux victoires.

Répondre à l’appel de l’imam Khomeini

Un membre du Hezbollah que notre équipe a rencontré au mausolée, a souligné l’importance de cette mission de braquer la lumière sur la personnalité qui repose en ce lieu.

Sayed Abbas al-Moussaoui, soucieux de la Palestine dès l'âge de 15 ans

Toutes les sociétés humaines possèdent une icône qui exprime ses valeurs. Et dans le siècle dernier, l’imam Rouhollah el-Moussaoui al-Khomeini a uni la nation et rappelé les principes et les valeurs du vrai islam. Sayed Abbas al-Moussaoui figure parmi les premières personnalités religieuses qui se sont précipitées pour répondre à l’appel de l’imam Khomeini. Il a vécu dans une époque où les gens ne se souciaient pas aux grandes causes. Et pourtant il a jeté les fondements d'une génération qui combattra l’arrogance qui veut fourvoyer notre nation de ses objectifs réels, a indiqué ce jeune du Hezbollah.

Et de conclure: «Ce lieu éternise le souvenir de sayed Abbas. Le corps est mort, mais ce lieu a pour but de garder chez les générations présente et future le souvenir de l’âme qu’a porté ce corps, l’âme de martyre, l’âme de sacrifice et de fidélité, l’âme qui a su discerner entre le vrai ennemi et le vrai ami».

Source: french.alahednews

15-02-2017 | 16:25
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut