Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Propos menaçants d’Erdogan: l’UE convoque l’ambassadeur turc Bahreïn: le pouvoir pousse à la confrontation violente Syrie: l’armée reprend le contrôle d’une zone industrielle dans l’est de Damas En France, Marne-La-Vallée prépare la présidentielle à sa façon Irak: 400.000 personnes «piégées» dans la Vieille ville de Mossoul Egypte: 10 soldats tués dans l’explosion de bombes dans le Sinaï Bahreïn: libération d’un ancien photographe de l’AFP Yémen: «On a créé une crise humanitaire sans précédent» Moscou prêt à dialoguer avec les USA sur une réduction des armements nucléaires Le monde politique exprime sa solidarité avec Londres L’Arabie Saoudite se vide des femmes fuyant la tutelle des hommes Attaque de Londres: 4 morts et 40 blessés, la piste du terrorisme privilégiée L’écart se resserre encore entre Macron et Le Pen Amnesty accuse Washington et Londres d’alimenter la crise humanitaire au Yémen Attaque de Londres: 4 morts, la piste du terrorisme privilégiée Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Iran

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les Iraniens manifestaient vendredi par millions à travers leur pays pour célébrer le 38ème anniversaire de la révolution islamique de 1979, une démonstration de force vis-à-vis de la politique hostile à Téhéran du président américain Donald Trump.

Dans la capitale iranienne, des centaines de milliers de personnes convergeaient vers la grande place Azadi (liberté), selon les images de la télévision d'Etat qui montrait également d'immenses rassemblements dans d'autres villes.

Les manifestants portaient des pancartes «Mort à l'Amérique» et piétinaient aussi de grands drapeaux américains en brandissant des photos de Trump, du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et de la Première ministre britannique Theresa May. «Les Iraniens ne craignent pas les menaces», pouvait-on lire sur ces photos.

Ils brandissaient aussi des photos du leader de la Révolution islamique, l'ayatollah sayed Ali Khamenei, qui avait appelé mardi les Iraniens à «répondre» aux menaces du président Trump en défilant vendredi pour célébrer la victoire de la révolution islamique, qui a renversé en 1979 le régime du Shah d'Iran, allié des Etats-Unis.

«La présence de la population est un message à Trump: s'il commet une erreur, le peuple le lui fera regretter», a déclaré le député réformateur Mostapha Kavakebian, présent au défilé de Téhéran.

Le chef de file des réformateurs, l'ex-président Mohammad Khatami (1997-2005), avait aussi appelé les Iraniens à participer massivement aux défilés «pour neutraliser les complots». «Face à n'importe quelle menace contre le régime, l'intégrité territoriale et les intérêts nationaux, nous n'hésiterons pas un instant à résister», a-il dit, appelant à la «réconciliation nationale».

Depuis l'investiture de M. Trump le 20 janvier, le ton n'a cessé de monter entre Washington et Téhéran, dont les relations diplomatiques ont été interrompues peu après la révolution islamique et l'occupation de l'ambassade américaine à Téhéran.

Le président américain a notamment critiqué de nouveau l'accord nucléaire conclu en 2015 entre l'Iran et les grandes puissances (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) et son pays a imposé de nouvelles sanctions contre Téhéran après un test de missile par l'Iran.

Source : agences

10-02-2017 | 10:07
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut