Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Lavrov à Jubeir: le Hezbollah n’est pas une organisation terroriste Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement Des armes «made in Daesh» testées à Mossoul UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
Les dépêches
  • 09:58 | L’explosion est vraisemblablement due à un bombardement israélien contre des réservoirs de carburant stockés près de l’aéroport .
  • 09:56 | Enorme explosion près de l’aéroport de Damas .
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Bahreïn

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Des heurts nocturnes ont opposé à Bahreïn les forces de sécurité et des partisans du cheikh Issa Qassem, déchu de sa nationalité pour «confessionnalisme», peu avant le procès de ce dernier qui a été reporté au 12 février.

Heurts à Bahreïn avant le procès de cheikh Qassem, reporté à février

Les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogènes et tiré à la chevrotine pour disperser des centaines des manifestants sortis dans la nuit dans plusieurs villages autour de Manama, ont indiqué des témoins. «Par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifions pour toi Qassem», ont scandé les protestataires, dont certains étaient habillés de blanc en référence au linceul, selon les témoins.

Les manifestants, des hommes et des femmes, ont brandi des photos de cheikh Qassem pour protester contre son procès. Aucun bilan des heurts n'a été fourni.

Cheikh Issa était absent du tribunal de Manama, qui a tenu dans la matinée une brève audience sous de strictes mesures de sécurité, selon des témoins. Le tribunal a fixé sa prochaine audience au 12 février, a indiqué une source judiciaire.

Des sit-in de protestations sont organisés périodiquement, notamment à Diraz, le village où se retranche cheikh Issa Qassem depuis qu'il a été déchu de sa nationalité.

A 75 ans, ce chef spirituel de la majorité chiite et adversaire du régime à Bahreïn est poursuivi en justice pour des accusations sans fondement: «collecte illégale de fonds» et «blanchiment». Il a été déchu le 20 juin de sa nationalité, le ministère de l'Intérieur l'ayant accusé d'«encourager le confessionnalisme».

Cette mesure avait été critiquée par des ONG et des alliés occidentaux de Bahreïn, tout comme par la République islamique de l’Iran.

Bahreïn est le théâtre de troubles sporadiques depuis la répression d'un mouvement de contestation pacifique lancé en février 2011 pour réclamer des droits.

Source: agences et rédaction

30-01-2017 | 11:33
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut