Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Bahreïn

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le Bahreïn a intensifié la répression contre les activistes et les opposants au gouvernement en 2016, affirme Human Rights Watch dans son Rapport mondial 2017. Le gouvernement a dissous le principal groupe d’opposition politique et poursuivi plusieurs éminents défenseurs des droits humains et dignitaires chiites.

Bahreïn: Répression accrue en 2016 à l’encontre des activistes

Les autorités ont également empêché de nombreux activistes de quitter le pays et ont expulsé six Bahreïniens, dont un avocat des droits de l’homme, après les avoir arbitrairement déchus de leur nationalité. Cette répression orchestrée du droit à la liberté d’expression et du droit de réunion et d’association illustre une sérieuse détérioration de la situation des droits humains, qui compromet davantage encore les perspectives d’une solution politique aux troubles intérieurs de Bahreïn.

«Pendant des années, les autorités bahreïnies ont étouffé la société civile bahreïnienne, mais en 2016 elles ont manifesté leur intention de couper complètement l’oxygène», a déclaré Joe Stork, directeur adjoint de la division Moyen-Orient de Human Rights Watch. «La stabilité à long terme du Bahreïn dépend d’un processus de réforme politique qui respecte mieux les droits humains fondamentaux qui sont au cœur de la société, mais pour l’heure c’est malheureusement l’inverse qui se produit.»

En novembre 2016, les autorités ont accusé Ibrahim Sharif, un militant politique de premier plan, d’«incitation à la haine du système politique» suite à des critiques adressées au gouvernement, et à sa dénonciation d’une visite d’état du prince Charles de Grande-Bretagne au Bahreïn. Nabeel Rajab est en détention depuis le mois de juin et risque 15 ans de prison pour plusieurs chefs d’accusations, parmi lesquelles ses critiques sur la participation du Bahreïn aux opérations militaires menées par l’Arabie saoudite au Yémen. Une autre activiste, Zainab al-Khawaja, a été détenue pendant trois mois en mars pour quatre condamnations qui ont violé son droit à la liberté d’expression, et dont l’une a donné lieu à un procès inéquitable. Après sa libération, elle a quitté le Bahreïn pour le Danemark, dont elle possède également la nationalité.

En mai, la Haute Cour d’Appel du Bahreïn a plus que doublé la peine d’emprisonnement de Sheikh Ali Salman, le secrétaire général d’al-Wifaq, le principal groupe d’opposition du pays – peine qui est aujourd’hui fixée à neuf ans de prison. Cette décision est intervenue malgré une décision d’acquittement du tribunal de première instance devant lequel Sheikh Ali Salman avait été jugé pour avoir préconisé le renversement par la force du gouvernement, et en dépit de preuves convaincantes du caractère injuste de son premier procès.

En juin, un tribunal bahreïni a ordonné la fermeture du siège d’Al-Wifaq et la suspension de ses activités, et confisqué ses fonds. En juin, les autorités ont arbitrairement déchu de sa nationalité le chef spirituel d’al-Wifaq, Sheikh Isa Qasim. En réponse à une manifestation contre cette décision, les autorités ont lancé une campagne de harcèlement contre les religieux chiites.

De manière arbitraire, les autorités ont interdit de voyager à des dizaines de personnes qui avaient critiqué les violations des droits humains. Parmi eux figure notamment Nedal al-Salman, du Centre bahreïni pour les droits de l’homme, qui a été empêché de participer à une réunion du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève en septembre.

Les autorités bahreïniennes devraient redynamiser un processus de réforme politique en panne en revenant sur la dissolution du groupe al-Wifaq, en libérant les principaux prisonniers politiques du pays et en mettant fin au harcèlement des activistes, a déclaré Human Rights Watch.

Source : www.hrw.org

13-01-2017 | 14:22
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut