Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Le projet d’une «Otan arabe» n’est pas viable Sayed Nasrallah: L’Arabie Saoudite cherche la protection des USA, l’axe de la résistance est devenu plus fort Sur le chemin de la Libération… Pékin voit rouge après l’apparition d’un navire US près d’un archipel disputé Macron réitère à Bruxelles son ambition de «refonder» l’Europe Quatre membres de «Daech» projetant des attaques dans les transports arrêtés à Moscou Les Etats-Unis ont égaré l’équivalent d’un milliard de dollars d’armes en Irak et au Koweït Tunisie: la vie reprend à Tataouine, report d’une manifestation 535 millions d’enfants touchés par la violence et les catastrophes naturelles (Unicef) Attentat Manchester: Londres «furieux» des fuites, suspend sa coopération avec les USA Trump au président al-Sissi : «Mec, j’adore tes chaussures» Après la vente massive d’armes à Riyad, «Israël» annonce une aide militaire US supplémentaire Le président turc lance un ultimatum à Bruxelles au sujet de l’adhésion de son pays à l’UE Macron aurait sa majorité à l’Assemblée nationale Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Bahreïn

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L’opposant bahreïni Nabil Rajab, qui obtenu sa libération dans le cadre d’une des poursuites à son encontre, restera en détention, mis en cause dans une affaire de «cybercriminalité» liée à «la propagation de fausses informations sur la situation dans le royaume».

Faux espoir pour Nabil Rajab: Bahreïn maintient l'opposant en détention

M. Rajab, 52 ans, «restera en prison» pour une affaire de cybercriminalité liée à la «propagation de fausses informations sur la situation dans le royaume» de Bahreïn «jusqu'à ce que l'enquête soit terminée», a indiqué le procureur en chef Mohammed Salah, cité par l'agence de presse officielle BNA.

Adam, le fils de l'opposant, s'est insurgé contre cette décision. «C'est triste, mon père ne sera pas libéré. Ces oppresseurs ont déjà une autre affaire toute prête pour lui. Ils ne veulent pas qu'il sorte».

Nabil Rajab, défenseur des droits de l'Homme connu à travers le monde, souffre de problèmes de santé notamment cardiaques.

Figure de proue de l'opposition et déjà emprisonné dans le passé, Nabil Rajab avait été arrêté le 13 juin pour cette affaire de tweets critiquant l'intervention de pays du Golfe dans la guerre au Yémen.

Des audiences reportées à plusieurs reprises

Il y a deux semaines, le célèbre opposant avait vu son procès pour «insulte aux autorités bahreïnies et saoudiennes» être de nouveau décalé, après de précédents reports en juillet et en octobre. Le tribunal de Manama avait notamment expliqué ces décisions en expliquant attendre le rapport d’expertise sur «qui gère le compte Twitter» de l’opposant durant son incarcération. C’est sur ce compte que les «insultes» alléguées ont été tenues : il avait critiqué dans plusieurs messages les frappes aériennes saoudiennes au Yémen, qui visent des hôpitaux, des écoles, provoquant la mort de nombreuses victimes civiles,

En plus de ces «insultes», Nabeel Rajab est également poursuivi pour avoir écrit en 2015, depuis sa cellule une lettre ouverte publiée dans le «New York Times», dans laquelle il dénonce des actes de "torture" à la prison de Jaw à Bahreïn.

«Il y a quelques 4000 prisonniers politiques au Bahreïn, qui a le plus haut taux de prisonniers par personne au Moyen-Orient. C’est un pays qui a emprisonné, torturé et même tué son peuple pour avoir osé demander la démocratie. Mon collègue Abdulahdi al-Khawaja a été torturé et condamné à la prison à vie en 2011 pour son travail en faveur des droits de l’Homme», a-t-il écrit.

De nombreuses organisations de défense des droits de l'Homme, dont Amnesty International et Human Rights Watch, s'étaient mobilisées ces dernières semaines pour obtenir la libération de M. Rajab, cofondateur et président du Bahrain Center for Human Rights (GCHR).

Source : agences et rédaction

29-12-2016 | 08:43
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut