Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Alors qu’un nombre croissant des citoyens se prononcent pour la tenue d’un référendum sur la sortie possible de leurs pays de l’Union européenne, les autorités semblent refuser d’accorder l’attention nécessaire à cette opinion publique. Pourquoi la volonté de quitter l’UE se renforce-t-elle au sein de la population?

Vers une vague de référendums sur la sortie de l’UE?

Les sondages révèlent que toujours plus de citoyens européens seraient favorables à la tenue d'un référendum sur la sortie possible de leurs pays de l'Union européenne.

Le dernier sondage IFOP de fin octobre pour l'agence d'informations et de radio Sputnik montre que plus de la moitié des Italiens (53 %), 47 % des Français, 43 % des Allemands, 39 % des Espagnols et 38 % des Polonais sont favorables à l'organisation d'un tel scrutin.

Ces chiffres sont en augmentation depuis le sondage précédent réalisé par l'IFOP en juillet dernier.

Il existe plusieurs éléments qui expliquent le souhait des citoyens européens de tenir un référendum, estime le président de l'Union populaire républicaine François Asselineau dans une interview accordée à Sputnik.

«Le premier élément c'est la dégradation continuelle de la situation économique et sociale depuis des années. C'est la politique de rigueur continuelle et l'absence de résultat tangible au bout de nombreuses années. Il y a un deuxième élément qui me paraît important: c'est que l'Union européenne est apparue de plus en plus au cours des années écoulées comme étant une construction dictatoriale. (…) Il y a un troisième grand événement. C'est le vote du Brexit. Que le peuple britannique ait décidé de sortir de l'Union européenne par un référendum, ça a donné des idées évidemment aux autres peuples», explique l'homme politique.

Le sénateur UDI et vice-président de la commission des affaires européennes Yves Pozzo di Borgo donne également son point de vue à ce sujet dans une interview pour Sputnik. Selon lui, une telle volonté des citoyens européens n'est pas réaliste et est surtout dangereuse.

«C'est un des thèmes de François Fillon candidat que l'on supporte, qui considère qu'il faut une zone euro beaucoup plus solide. Il faut plutôt conforter la zone euro plutôt que de vouloir sortir. Cela ferait des dégâts terribles. (…) Mais après quand on aborde les réalités, on se rend compte que la sortie de l'euro et la sortie de l'Europe ce serait vraiment une dégradation, une marche arrière fantastique pour l'Europe et pour les pays européens», estime le sénateur.

D'où provient l'euroscepticisme d'un grand nombre de citoyens?

Pour l'homme politique espagnol Enric Ravello Barber, le problème est enraciné dans le style de gestion au sein des structures européennes, auquel s'ajoute la crise migratoire.

Il souligne que les citoyens européens sont de plus en plus persuadés que les autorités de l'UE ne s'occupent pas des sujets qui inquiètent la population. Ces intentions sont fortement liées à la crise migratoire.

Source: Sputnik

02-12-2016 | 14:09
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut