Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Algérie: 4 terroristes abattus dans une opération militaire France : la sortie de l’euro pourrait prendre un an et demi, dit Le Pen Le règlement du règne saoudien attend le signal américain Le Mistral au Japon avant des manœuvres dans le Pacifique Officier sioniste: le Hezbollah est la plus grande menace Le premier train direct de Londres est arrivé en Chine Le Venezuela a lancé sa procédure de retrait de l’OEA Le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe censuré après un voyage en Syrie Afghanistan: les Marines américains de retour dans le Helmand Un soldat allemand qui prétendait être un réfugié syrien, suspecté d’un projet d’attentat La Corée du Nord procède à un nouveau tir de missile balistique Éthiopie: 7,7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire Comment l’Arabie saoudite exporte-t-elle le wahhabisme à l’étranger ? Moscou promet une réponse musclée à une éventuelle frappe US Trump estime que l’Arabie saoudite ne paie pas assez pour sa défense Une journée avec les combattants du Hezbollah à la frontière libano-palestinienne L’armée syrienne reprend le plus grand gisement de gaz du pays L’explosion du Capitole dans une vidéo diffusée par Pyongyang Assad: les USA empêchent l’OIAC d’enquêter sur l’incident à Khan Cheikhoun Afghanistan: les talibans lancent leur offensive de printemps Salman enflamme les conflits du Trône: bientôt un coup d’Etat ! L’opposant bahreïni Abdel Hadi al-Khawaja a entamé une grève de la faim en prison Arabie: appels sur Twitter pour des manifestations de chômeurs Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Rapports >> Rapports

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Par Rosana El Toufaili

1336 ans nous séparent de la bataille de Karbala ; terre sainte sur laquelle se sont déroulées des scènes d’horreur. Et voilà que nous revivons chaque jour cette tragédie à travers de nombreux massacres commis dans le monde. Et pour quelle raison ? Tout simplement parce que l’armée des Omeyyades est toujours présente. En réalité les ennemis de l’Imam Hussein ont laissé place aux miliciens de «Daech». Les noms ont changés mais pas les actes…

Bravoure et héroïsme de l’Imam

Hussein, petit-fils du Prophète Mohammed (saws), appelé aussi Prince des Martyrs, mort en martyre au mois de muharram d’après le calendrier islamique, en 680 de l'Hégire (de notre ère), a sacrifié sa vie afin de ne pas être condamné à vivre dans la soumission et l’humiliation du Calife Omeyyade despotique. En effet, à l’époque de Yazid, calife illégitime, a fait tout son possible pour que l’imam Hussein lui prête allégeance. Lorsque Yazid a compris que l’allégeance n’aura pas lieu, il décida donc de mettre fin à la vie de Hussein, de sa famille ainsi que ses compagnons en sachant pertinemment que  l’Imam  n’était autre que le petit-fils du Prophète, Messager sacré dans la religion musulmane. 

Sur les traces de l’imam Hussein malgré la menace terroriste

Ainsi lors de la bataille de Karbala, encerclés dans le désert par une armée de 30 000 hommes, proches et amis de l’imam Hussein meurent tour à tour jusqu’à ce qu’il ne reste que ce dernier. Mais ses compagnons étaient prêts à se sacrifier dans le but d’éviter toute confrontation entre l’armée des Omeyyades et l’Imam Hussein ainsi que sa famille car ce sont tout de même les descendants du Prophète. Mais le destin en a décidé autrement. Hussein s’est défendu jusqu’à son dernier souffle en tuant plusieurs hommes. Pas étonnant qu’il soit le petit-fils du Prophète et le fils de l’Imam Ali, prince des croyants, successeur du Messager de Dieu et époux de la fille de Mohammed. Deux figures emblématiques chez les Musulmans ne serait-ce que par leur courage et leur bravoure.  Si l’Imam Hussein a combattu et a choisi de se rendre sur cette terre nommée «Karbala» ce n’est pas un hasard, tout d’abord car il savait que son destin était de mourir en martyre sur cette terre sainte de plus c’était dans l’unique but de préserver le vrai Islam et de faire passer ce message universel.

Aujourd’hui les partisans des Ahl El Beit (famille du Prophète, les gens de sa maison plus précisément en arabe) continuent de lutter afin de protéger cet Islam tout en sachant que les descendants de l’armée des Omeyyades essaient de faire tout le contraire : donner une image médiocre de cette religion si enrichissante. Il est vrai que  lorsqu’on essaie de s’y intéresser plus à travers les livres, voire des discours on y découvre une autre facette, pas celle relayée par nos médias.

Et l’histoire se répète…

On peut prétendre que les ancêtres de «Daech» ou encore «Al-Qaïda» ne sont tout autre que ceux qui ont combattu  l’Imam Hussein et  sa famille. Mais cette fois-ci ce ne sont pas seulement les partisans des Ahl El Beit qui sont pris pour cible mais toutes confessions confondues. Les musulmans qui suivent la famille du Prophète restent toujours leur priorité, toujours persécutés, ils ne représentent qu’une minorité à l’échelle mondiale. Si bien que ces groupes terroristes armés ont commencé depuis quelques années à créer un «Etat Islamique»  souhaitant s’étendre dans la péninsule arabique. Effectivement «l’Etat Islamique» s’est  revendiqué appartenant à une religion qui est l’Islam alors qu’ils n’ont rien à voir avec cette dernière car ces takfiristes se comportent tout sauf comme de vrais musulmans en égorgeant et en décapitant tout ce qui passerait devant eux : femmes, enfants, personnes âgées en sont les victimes. Leurs aïeux, tout comme autrefois l’avaient fait, pas mêmes les nouveau-nés n'étaient épargnés. Mais dans les pays où ces terroristes sont présents, ils doivent faire face à un nouvel obstacle : la résistance, inspirée de l’imam Hussein, cette organisation est prête à tout, quitte à mourir en tant que martyre pour sauver l’honneur et l’Islam. De ce fait des milliers de combattants de la résistance sont déployés un peu partout afin de protéger ce que le prince des Martyrs  nous a laissé.

Sur les traces de l’imam Hussein malgré la menace terroriste

L’imam Hussein, toujours présent dans le cœur des croyants

Hussein a su rassembler et toucher les cœurs de tous ceux qui ont encore un fond d’humanité en eux. Il a ému plus d’un. Ses fidèles ainsi que des gens appartenant à d’autres confessions continuent à pleurer sa mort car pour pleurer la tragédie de Karbala il faut d’abord être humain peu importe la religion que l’on porte dans notre cœur.

 Cette tragédie a pu regrouper des millions de pèlerins et de visiteurs à Karbala durant le mois de Muharram, particulièrement le 10ème jour qui correspond dans le calendrier islamique au jour de la mort de l’Imam Hussein. Cependant tout au long de l’année Karbala ouvre ses portes et des milliers de visiteurs s’y rendent. Sur cette terre sacrée on peut voir chrétiens tout comme sunnites visiter les mausolées.

Pleurer pour l’Imam Hussein ne fait pas de nous une personne faible ou une personne qui exagère. Pleurer cette tragédie c’est pleurer l’humanité et la justice. Car oui cet homme représente toujours la résistance contre l’oppresseur et est symbole de la liberté. Une raison pour laquelle de dire que l’amour que certains éprouvent à l’égard de l’imam Hussein est un amour qui va au-delà des  frontières.

Nous vivons actuellement le deuil des 40 jours de l’imam Hussein. Ses fidèles se rendront pour faire le pèlerinage et marcheront des kilomètres avant d’atteindre Karbala, tout en étant invité à manger et à boire à chaque coin de rue.  Une marche qui devrait être médiatisée davantage car c’est l’un des plus grands pèlerinages au monde mais malheureusement aujourd’hui beaucoup l’ignore. Certains se poseraient même la question suivante : Pourquoi pleure-t-on la mort d’un homme qui a disparu il y a déjà 14 siècles ? Peut-être parce qu’il s’est sacrifié pour nous, pour qu’on puisse vivre dans la dignité et la justice.

Source : French.alahednews

 

19-11-2016 | 12:18
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut