Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Lavrov à Jubeir: le Hezbollah n’est pas une organisation terroriste Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement Des armes «made in Daesh» testées à Mossoul UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
Les dépêches
  • 09:58 | L’explosion est vraisemblablement due à un bombardement israélien contre des réservoirs de carburant stockés près de l’aéroport .
  • 09:56 | Enorme explosion près de l’aéroport de Damas .
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L’Occident désuni trouve intérêt dans la confrontation avec la Russie et invoque constamment son «agressivité» afin de serrer ses rangs et répondre aux besoins de l’industrie de guerre, explique un professeur britannique.

Pourquoi l’Occident a intérêt de peindre une Russie «agressive».

Le Financial Times a publié un article de Robert Wade, professeur de la London School of Economics, qui a fourni un commentaire au sujet des appels à «contenir» la Russie.

Son article intervient en réplique à celui de l'ancien représentant des États-Unis auprès de l'Otan Ivo Daalder, publié par le même journal. M. Daalder, qui a appelé à renforcer les forces armées de l’Alliance à proximité des frontières russes, affirmait que Moscou avait lui-même besoin d'une confrontation avec l'Occident pour des raisons de politique intérieure.

Robert Wade estime pour sa part qu'en réalité c'est plutôt l'Occident désuni qui a besoin d'une confrontation avec la Russie. Selon lui, proclamer que Moscou est un «agresseur» sert à «renforcer l'alliance occidentale fragile et à répondre aux exigences de l'industrie de guerre».

«Cela fait la lumière sur les raisons pour lesquelles l'Occident exagère le rôle de la Russie dans la guerre civile en Ukraine», signale l'auteur.

En 2014, huit anciens employés des services secrets américains, ont adressé un message à la chancelière d'Allemagne Angela Merkel pour exprimer leurs doutes à l'égard de données du renseignement qui auraient confirmé l'ingérence russe en Ukraine. Selon eux, ces données «étaient aussi douteuses et politisées que celles qui avaient "justifié" l'invasion de l'Irak par les États-Unis il y a 12 ans», signale Robert Wade.

Il indique qu'il faut être prudent devant des déclarations présentant la Russie comme un agresseur et les gouvernements occidentaux comme des défenseurs innocents.

«Si l'objectif fixé consiste à contenir l'agression russe, les pays occidentaux et l'Otan doivent se conduire de façon moins agressive envers la Russie», conclut le professeur.

Source: Sputnik

22-10-2016 | 13:02
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut