Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Sayed Nasrallah: La résistance est la seule voie pour faire face à «Israël» Al-Houthi à la Journée d’al-Qods: la normalisation des Arabes avec «Israël», grand danger pour les musulmans Turquie: Erdogan resserre son emprise sur l’appareil judiciaire L’UE prolonge formellement de six mois ses sanctions économiques contre la Russie Libye: quatre ministres du gouvernement d’union limogés Loi travail: un comité de l’ONU «préoccupé» pour la protection des salariés Irak: retour des civils à Fallouja à partir du mois d’août Le plan des EAU pour faire couronner Mohammed ben Salmane révélé Des dizaines de milliers d’Iraniens commémorent la Journée d’al-Qods Le Canada va déployer 1.000 soldats dans l’est de l’Europe avec l’Otan 20 intellectuels eurocritiques appellent à refonder l’UE sur de nouvelles bases Ex-diplomate US: Assad doit rester au pouvoir Bahreïn: une femme tuée dans une explosion terroriste Attentat d’Istanbul: Moscou demandait l’extradition de l’auteur présumé depuis dix ans La Coupe des Nations Européennes : Ballons de foot ou boulles de feu ? Migrants: des centaines de cadavres ramenés en Sicile, deux mois après un naufrage record Deux grands attentats terroristes déjoués au Liban Afghanistan: 27 morts dans un attentat contre un convoi de la police à Kaboul Cisjordanie occupée: une Israélienne tuée et un garde blessé dans une opération Jean-Marc Ayrault: la seule solution en Syrie est la solution politique Chef de la CIA: «Daech» prépare des attaques contre des intérêts américains Istanbul: un père tunisien, venu chercher son fils ex-membre de «Daech», tué dans l’attentat Crimes de guerre: une famille palestinienne va porter plainte contre une entreprise française Obama: la tentation du repli, «mauvais remède» face aux inquiétudes Sayed Khameneï: La décision de l’ONU de fermer les yeux sur les crimes au Yémen fait honte à l’Humanité Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La police turque a arrêté vendredi des intellectuels signataires d'une pétition réclamant la fin des opérations controversées de l'armée contre la rébellion kurde, qui a provoqué la fureur du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Sur ordre du procureur, 21 universitaires ont été interpellés à l'aube à leur domicile et placés en garde à vue à Kocaeli (nord-ouest) dans le cadre d'une enquête ouverte pour «propagande terroriste» et «insulte aux institutions et à la République turque», aTurquie: 21 intellectuels arrêtés pour avoir signé une pétition pour la paix. rapporté l'agence de presse progouvernementale Anatolie.

1 200 signataires

Près de 1.200 personnes ont signé lundi une «initiative des universitaires pour la paix» réclamant la fin de l'intervention des forces de sécurité turques contre les partisans du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est à majorité kurde du pays.

Dans ce texte intitulé «nous ne serons pas associés à ce crime», les signataires dénoncent «un massacre délibéré et planifié en totale violation des lois turques et des traités internationaux signés par la Turquie».

Cette pétition, également signée par des intellectuels étrangers comme le linguiste américain Noam Chomsky, a suscité l'ire du gouvernement turc.

Dérive autoritaire

Erdogan a dénoncé jeudi une «cinquième colonne». «Cette horde d'universitaires s'est clairement rangée dans le camp de l'organisation terroriste (le PKK, ndlr) et a craché sa haine sur le peuple turc», s'est-il emporté lors d'un discours à Ankara.

L'armée et la police turques ont investi il y a un mois les villes sous couvre-feu de Cizre et de Silopi (sud-est) pour en déloger des partisans du PKK. Les combats y ont provoqué la mort de nombreux civils et l'exode d'une partie de la population.

Recep Tayyip Erdogan a promis «d'éradiquer» le PKK, qui mène la rébellion depuis 1984.

Les détracteurs du président du pays, au pouvoir depuis 2003, l'accusent régulièrement de dérive autoritaire.

Source: agences et rédaction

15-01-2016 | 11:10
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut